De l’égo blessé au réceptacle du cœur…

 

Le sujet que nous allons aborder ensemble est un sujet profond et si salvateur pour l’âme.

Pardonner dans notre société actuelle est loin des prémisses de ce à quoi nous portons notre attention dans notre quotidien.

La vie nous apprend et nous demande à survivre, à combler nos besoins primaires, à répondre au bon fonctionnement de notre société.

Depuis l’enfance nous avons dût dépasser des difficultés, obstacles plus ou douloureux qui d’une certaine façon nous a séparé de nous-même.

Répondre aux attentent de notre éducation, du système scolaire, environnementale qui sont la résultante de nos croyances.

Nous nous sommes construis avec cela, avec ses bagages, à vrai dire nous avons fait du mieux que nous avons pu.

Parfois avec un jeu de cartes facilitant un avenir serein, parfois bien moins simple et évident qui ont pour la même direction de suivre la voie de notre âme.

Notre chère terre, si précieuse, si courageuse de porter en elle et avec elle toutes ses mémoires dissonantes, le sang et les cris de guerre et de violence qui ont été posé sur elle et en elle.

Si nous savions à quel point nous sommes amour pour ne plus nous en égarer.

Notre terre porte l’esprit éternel comme un chef d’orchestre qui œuvre et danse avec les symphonies universelles et silencieuses de l’âme.

Nous venons ici jouer une pièce de théâtre qui demande de rejouer un scénario que nous connaissons si bien au-delà de notre intuition ou de notre entendement humain.

Un scénario qui nous rappelle ce pour quoi nous avons fait ce choix d’être ici incarnés vivant appartenant à cette vie sur terre.

La vie est parfaitement bien orchestrée même si nous pouvons parfois perdre espoir, même ne plus avoir foi en la vie.

Si l’âme était au gré des commandes elle dirait qu’il n’y a ni de bien ni de mal, qu’il y a expérience, à explorer, comprendre et dépasser pour enfin aimer, pardonner et s’adonner à la vie avec passion.

L’être humain est empreint de cette justice en lui du bien et du mal.

Cela le fait souffrir, terriblement souffrir.

Le monde idéal serait de nous aimer les uns les autres et de vivre notre vie en amour rempli de nous-mêmes, des autres et de notre environnement.

Si l’argent subsistait, que deviendrait ce monde, que deviendrait l’homme, quel regard porterions nous sur notre prochain.

Chaque être humain, aves les mêmes besoins vitaux, à son noble droit de dignité, de se soigner, d’être soigné, d’être aimé, chéri, d’aimer librement dans la créature parfaite qu’il représente.

Le monde est divisé en plusieurs mondes, il y a des empreintes dans chaque pays de ce monde, des empreintes vivantes de croyances, de traditions plus ou moins prospères pour l’homme.

Il y a des traditions qui enferment l’homme dans sa quête de liberté et dans toute sa liberté d’être.

Pour d’autres, des traditions prospères et permette à l’homme blessé de devenir et être un homme sage.

Il n’y a ni de bien ni de mal, il n’y a juste ce que l’homme, l’être humain porte en lui et avec lui comme pensées, paroles, actions envers lui-même et son prochain.

La société nous demande à être bon, à devenir meilleur, à être une personne accomplie, à tenir nos responsabilités avec promesses et engagements. A être et paraître quelqu’un de bien parfois même de puissant.

Quelle est la limite du pouvoir que l’on s’accorde à soi-même pour mieux le partager.

Quel respect accordons nous à notre précieuse nature avec laquelle nous communions, elle prend vie en nous, elle vit en nous et avec nous, elle nous protège, elle nous guérit.

Lorsque la haine frappe sur terre, la terre souffre en elle, l’homme doit reprendre décemment son bon sens d’aimer et être aimé.

Pour abandonner ces souffrances dans ce monde actuel il en convient d’observer ses propres limites face à l’égo celui qui pourrait tuer de haine, de rage, de colère, de douleur et de désespoir.

L’égo blessé, protecteur en guerrier qui enfermé comme un cheval fou que l’on cherche à contrôler, maîtriser avec force et colère.

L’égo est depuis la nuit des temps un esprit qui nous viens en survie, celui qui a pour raison d’être de nous éviter la logique de la mort, de la fin, nous protéger du danger et du chaos.

Il porte en lui des mémoires erronées qui sont pourtant bien engrammées dans notre champ actif, il est en souvenance des mémoires ascensionnelles et porte en lui la protection de tous ses dangers.

Il sert la fonction utile et nous permet de synchroniser les informations qui nous sont utiles dans le but de bien organiser notre vie.

Il répond à nos propres ordres analytiques, il opère à cloisonner ce qui potentiellement pourrait nous mettre en danger émotionnel.

Quant à l’instar de l’âme qui en offrande de l’éternel appelle à être entendue par sa sagesse et son désir de compréhension, de pardon, elle souffle et murmure au plus profond de notre cœur, l’écoute profonde de cette petite voix qui chatouille juste au fond de notre cœur.

L’égo enfin qui au réceptacle de l’âme qui est aux commandes de notre cœur pour mieux guider notre intuition profonde avec discernement et authenticité du cœur.

Quant à l’instar de l’âme qui en offrande de l’éternel appelle à être entendue par sa sagesse et son désir de compréhension, de pardon, elle souffle et murmure au plus profond de notre cœur, l’écoute profonde de cette petite voix qui chatouille juste au fond de notre cœur.

L’égo enfin qui au réceptacle de l’âme qui est aux commandes de notre cœur pour mieux guider notre intuition profonde avec discernement et authenticité du cœur.

Pourquoi le chemin est-il fait d’obstacles…

Pourquoi la vie offre des cadeaux pour nous le reprendre…

Pourquoi la vie donne tout et son contraire…

Suis-je victime de moi-même ou de la société actuelle…

Qui est aux commandes de ma vie…

Pourquoi lorsque j’ai le sentiment de faire une bonne action pour mes proches cela n’est pas aussi fluide que je pouvais l’espérer…

Pourquoi ai-je le sentiment de ne pas me sentir libre d’aimer pleinement dans ma vie…

Pourquoi ai-je la sensation de répondre aux exigences de ma vie et non celles que je désire profondément…

Pourquoi la vie ne me propose pas une tout autre direction alors que ma volonté en est tout autre…

Pourquoi est-il si difficile de ne pas réaliser mes rêves les plus profonds…

Pourquoi la vie me challenge autant…

Pourquoi devrais-je avoir confiance en la vie…

Toutes ces questions sont quelques extraits des pensées intimes que les hommes et les femmes se posent en secret… A vrai dire il n’y a pas de vérité concrète et tangible à apporter à celles-ci.

La suite de ce que je vais partager avec vous est bien plus profonde et sacrée que vous ne pouvez l’espérer.

Nous pouvons changer de point de regard, observer les choses sous un angle de vue différent, comme un vol en plein ciel avec une vision à 360°, avec une sensation de légèreté ultime.

Il y a une âme qui demande à s’incarner pour suivre l’évolution vibratoire de son âme, l’esprit de l’âme porte en elle des mémoires à charge négative comme positive, plus ou moins à large spectre, elle a soif de vibrer dans les hautes sphères de l’éternel afin d’ascensionner vibratoirement de plus en plus haut vers la source sur les hautes sphères des êtres de lumière. Toutes ces incarnations lui demandent d’expérimenter et comprendre dans la matière. Elle porte en elle la genèse des mémoires de ses ancêtres, des histoires révolues et non résolues. Des rendez-vous d’âmes qui ont fait le choix de se tenir la main pour des défis parfois faits de grâces, parfois difficiles ou douloureux. La source, l’univers, les êtres et anges de lumière sont aux commandes de ce vœux éternel étoilé, en guidant l’être incarné lui permettant de ne pas sortir des frontières et des sentiers battus des vœux de son âme, en louange ils rendent grâce pour que justice divine soit faite dans la révolution karmique. L’âme fait vœux de revenir à la source de ce qui entrave son évolution, elle a soif de se libérer de ces mémoires pour vibrer vers la lumière éternelle pour ascensionner vers sa plus haute mission divine. Le pardon véritable empreint de compréhension profonde est la voix de la sagesse de l’esprit pour l’âme qui a soif de se réunifier à la source.

 

Avec amour,

Audrey Florenz

 

 

 

 

Netcreative